La maison Renaud à Mascouche

Par Marie Jo Schiavon
nov 2004

Michel Renault construit sa maison entre 1737 à 1741

La concurrence en construction se faisant forte dans la région de Québec pour les fils de Michel Renaud de Charlesbourg, Michel Renaud le fils et frère aîné de François -Charles Renaud, décide de courir sa chance vers les nouvelles concessions de Lachenaye. Son frère Pierre, maître maçon , sera de l'équipe qui construira l'église de Cap Santé, mais il y a déjà trop de contracteurs et Michel ne veut pas se contenter de travailler, il veut réussir. Il a 22 ans et a envi de voir du pays. Il veut faire du Négoce entre les gens de Lachenaye, dont plusieurs bien connus de lui sont originaires de Québec, et les commerçants habitants de Québec. Quelques transactions avec les indiens pourraient aussi bien rapporter. Il ferait fréquemment l'aller-retour Québec Lachenaye; mais c'était sans compter les jolies filles de Lachenaye. Michel Epouse Elisabeth Rochon en 1731 et s'établit vers 1732 à Lachenaye . En 1734 il vend sa terre de Gros Pin à son frère Pierre Il achète une terre le 4 mai 1736 à Mascouche et construit sa maison vers 1741. Cette maison existe toujours comme la maison Renaud et est la plus vieille maison connue de Mascouche. Les frères de Michel, François-Charles Renaud et Joseph Renaud l'aideront à construire cette maison et s'installeront plus tard à Lachenaye
La maison actuelle

Possession des Renault sur presque 200 ans, la maison Renault abritera sept générations descendants de Michel. Depuis 1926 plusieurs propriétaires se sont succédés.: Philippe Allard, Armand-Eugéne Forest, Hermyle Nantel, Louis Philippe Morin, Aimé et Leo Dupuis, Marie-Ange Vanier, Albert Perron, Rolland Patoîne, Immeubles Forest, et les Gibouleau, qui ont vendu les neuf-dixiémes de la terre en lots.

Laurent Girouard, Archéologue, achète et entreprend la restauration de la maison. Il la refait à neuf tout en respectant la construction traditionnelle du XVIIIe siècle. Toutes les ferrures sont faites par un artisan forgeron de l'Île d'Orleans.

(Ref: Maison Renaud (La) , Jean–Claude Coutu, collection Notre Patrimoine Regional no 5, Société d' Histoire de la Région de Terrebonne, Mascouche , décembre 1998)

 
Maison Renaud en automne
Maison ancestrale

 

Un Joyau du patrimoine

En 1992, Julien Mackay, notaire et son épouse Monique Lapierre-Mackay achètent cette maison et l'habitent toujours en 2004. L' Honorable Juge Ignace Deslauriers a décrit cette maison comme " un joyau du patrimoine national" dans un document personnel qu'il a offert à un descendant des Renaud de ses connaissances Gilbert Roy. Grâce à la gentillesse de Mme Lapierre, j'ai eu le privilège de visiter cette maison dernièrement. Plusieurs descendants des Renaud l'ont eu avant moi, alors que Madame Lapierre les invitait à une réunion chez elle en collaboration avec La Société Historique de Terrebonne il y a quelques années. Cette maison n'est en général pas ouverte au public.

Ce que j'en ai vu m'a rempli de fierté devant le travail colossal qu'ont fourni ces pionniers de Mascouche (dont l'un est ancêtre de ma fille), ainsi que devant la magnifique restauration qui en a été faite. Vous imaginez bien qu'en 200 ans, la maison de Michel était dans un triste état, et avait même été abandonnée plusieurs fois. Maintenant, les énormes pierres des murs de la maison ont été découvertes et les lucarnes ont repris leur place. Le toit de bardeaux a gagné la bataille sur l'ancien toit de tôle. Les deux cheminées d'origine ont été libérées des murs intérieurs pour chauffer joyeusement le rez-de-chaussée maintenant à aires ouvertes. Le plancher de bois franc brille de plaisir sous les chaussons de ses propriétaires. Les mûrs isolés et plâtrés disputent la vedette aux belles fenêtres façon ancestrale pour éclairer la grande pièce. Les boiseries cachent la cuisine moderne, ne laissant passer que le bon fumet des petits plats québécois de Mme Mackay. Décorée de meubles confortables et de tableaux de maîtres cette demeure sent bon le plaisir d'y vivre. L'ancien grenier à grain comporte maintenant plusieurs chambres magnifiquement campagnardes, sous les poutres d'origine. Le grand terrain aménagé d'arbres et de fleurs lui laisse son cachet de maison de campagne, pourtant en plein centre ville, et le petit ru des Renault coule toujours en cascade pour le plaisir et le repos la famille.

Ah que Michel Renaud serait fier de voir ça... mais qui dit qu'il ne voit pas?